Le Gîte des Syrphes sur une exploitation agricole bio à La Brillanne
Français en de

Gites de France des Alpes de Haute Provence

Ecogîte en Provence dans le Parc du Luberon

Éco-construction

Nous avons construit en 2007/2008 une maison comprenant notre habitation, un gîte rural accessible aux handicapés (label tourisme et handicap) et des locaux professionnels. Nous avons voulu qu’elle soit en accord avec nos convictions écologistes et notre pratique quotidienne d’agriculteurs, c'est-à-dire bioclimatique, passive (moins de 20kwh/m²/an), en matériaux écologiques à énergie grise minimale et les plus sains possibles.…

Au final nous avons bâti avec tous les problèmes que cela peut poser une maison de 250m² à ossature bois et isolation paille (murs et toits). La paille a été produite sur place en botte carrée de 80 cm, elle nous assure une isolation thermique et phonique exceptionnelle.

Le bois (sapin douglas) vient du Tarn, acheté sur pied, il a été coupé (à la bonne lune !), débardé et scié et non traité par des copains bucherons-scieurs indépendants.

De conception bioclimatique la maison a de grandes baies vitrées (double vitrage argon et faible émissivité) au sud, des surfaces tampons (pièces froides) et de faibles ouvertures au nord, une protection solaire d’été par des persiennes et des débords de toitures (casquettes). Le soleil y entre profondément en hiver mais pas en été.

Un puits canadien couplé à une vmc double flux assure la ventilation sans perte calorique. Des murs de refends intérieurs (agglos montés à l’envers et remplis de terre extraite du terrassement) et une dalle lourde sur hérisson permettent une inertie suffisante.

Après un an d’utilisation le résultat est là, la maison est agréable, elle « fonctionne », il n’y fait pas trop chaud l’été (24°c intérieur, 36°c extérieur) mais surtout elle se chauffe presque toute seule l’hiver. En février 2010 nous avons eu un matin au lever du jour -12°c dehors et 17.8c dedans après 5 jours de gros froids sans chauffage. Dès que le soleil brille un peu, ce qui est fréquent même en hiver chez nous, il fait bon dans la maison et les jours gris, un petit poêle à bois d’une puissance nominale de 6 kW fait le complément avec une consommation minimaliste estimée à 500kg de « chutes » de bois de charpente pour l’hiver 2008/2009.

Les menuiseries, pour éviter le pvc et les bois exotiques sont en châtaigner acheté dans le Tarn. 10m² de panneaux solaires thermiques couvrent la totalité des besoins en eau chaude (en été et presque tout l’hiver).

Le tout est terminé par des enduits extérieurs terre/chaux, et même un intérieur dans le gîte, réalisés par une super équipe de maçons, et des peintures « naturelles », « écologiques », plus ou moins performantes.

les oliviers ferme moutons tulipes